L'Avenir!... Dieu protége la France !!!.....

(Jean-Louis Vaïsse)

Genre : victoire aux points
Catégorie : action

Voici un mois, j'ignorais jusqu'à l'existence de Jean-Louis Vaïsse, et n'étais probablement pas le seul, ce malheureux bougre n'ayant pas à son actif un groupe Facebook, un article Wikipedia ni même une simple fanpage. L'indispensable Dictionnaire des Fous Littéraires en dit seulement qu'il "a publié de nombreux ouvrages", ce qui n'est pas très édifiant. C'est donc avec une violente stupeur mâtinée d'émerveillement qu'ayant trouvé son nom dans la bibliothèque de Gustave Flaubert, je dénichai au hasard sur Gallica un ouvrage dont le titre restera gravé dans ma mémoire en lettres (et points) de feu :

Cette œuvre improbable d'un typographe fou s'accompagnait de surcroît d'un laïus des plus engageants.

Ajoutez à cela un avant-propos dithyrambique d'où il ressortait que Vaïsse avait pour métier "la recherche de la vérité dans tous les domaines de la morale ", a surpassé les Pères de l'Eglise dans le domaine et "affirme avoir trouvé [italiques de l'éditeur] la solution de tous les grands problèmes que l'esprit humain cherche depuis six mille ans sans avoir pu les résoudre". Comme en plus il n'aborde que des "sujets de discussions d'un intérêt palpitant", c'était donc peu dire que "la méthode que M. J.-L. Vaïsse a créé, après vingt-cinq ans de longues études et de patientes recherches, quand elle sera divulguée et qu'elle aura été mise en pratique, amènera très certainement une des plus grandes révolutions que l'esprit humain puisse jamais subir."

C'en était trop de toute cette flatteuse réclame, il fallait qu'on me révèle la solution de tous les grands problèmes sinon j'allais tout casser !!!..... Et de me ruer sur ce texte dont on promettait tant !

Or la lecture en est aride et indigeste (elle ferait passer pour Gigi l'Almageste !). Certes, et c'est assurément le point fort de ce texte, Vaïsse persiste résolument dans son délire ponctuateur, offrant avec générosité des morceaux de bravoure exclamatifs. Il est vrai que l'habitude ne lui faisait pas défaut, puisqu'on lui doit également entre autres chefs d'œuvres La Révolution !!!... L'Église et la Monarchie et le superbe La Folie !..... de certains politiques radicaux.

XVI. — LES PAPES ET LES ROIS ONT FAIT LA RÉVOLUTION... LES PEUPLES ASPIRENT A FAIRE LA CONTRE RÉVOLUTION , RIEN DE PLUS LOGIQUE, RIEN DE PLUS JUSTE !!...
Mais le moraliste qui nous a fait connaître ce principe vital de la République universelle de l'avenir, ce n'est pas un Allemand, mais c'est un Français!..... Dieu protège la France!!.....
C'est notre faute!... Notre très grande faute !!!... Notre plus grande faute!!!.
Qui pourra expliquer une pareille contradiction et une anomalie si incroyable et si monstrueuse !!.....
La municipalité toulousaine n'en fait jamais d'autres!.........................................

Internet avant Internet. Ce n'est qu'un florilège, il y en a des dizaines comme ça.

Elle aurait eu le cœur bien dur, aussi dur qu'un ............que le nom du patron de MM. les paveurs, si elle n'eût pas fêté dignement saint Roch.

Humour et ponctuation

ce sont les gouvernements qui par décrets autorisent les sociétés financières, ainsi que les émissions de titres que celles-ci émettent, afin de se procurer de l'argent

Vaïsse répète aussi beaucoup de répétitions.

Quant au discours tenu, c'est plus âpre. Pour faire simple, l'auteur est un protestant et donc il n'apprécie guère le pape, et un physiocrate (pour ceux qui dormaient près du radiateur à l'école primaire, un physiocrate est quelqu'un qui croit que la seule véritable richesse est celle produite par l'agriculture), un ardeur défenseur des classe prolétariennes, un républicain fervent et un partisan du vote des femmes. Opinions fort tranchées et dont la réunion aggrave encore ce qu'elles pouvaient en soi avoir de discutable et que Vaïsse n'étaye pas outre mesure. Il est vrai qu'un envoyé divin dont la venue a été prophétisée par Jésus-Christ en personne (qu'il appelle J.C.) est en droit de s'attendre à être cru sur parole.

Puisque vous parlez du Sacré-cœur de Jésus, permettez à un homme qui connaît beaucoup Jésus, car il a mis les enseignements de sa divine doctrine à la base de ses méditations et de ses études morales et religieuses; un homme qui depuis plus de vingt-cinq ans fait de cette doctrine sublime le sujet constant de ses recherches philanthropiques et humanitaires , permettez-moi, dis-je, de placer sous vos yeux une parole qui certainement est sortie du Cœur de Jésus.

L'apôtre oublié.

Mais il y a un moraliste qui a étudié et médité le christianisme pour en sonder les profondeurs harmoniques. Dégageant la vérité dogmatique des miracles et des allégories qui l'enveloppent, il a fait un résumé des principes essentiels de la doctrine enseignée par J.-C, résumé contenu dans trente propositions qui deviennent la quintessence du christianisme et sont la vérité immuable, éternelle et impérissable.
Mais ce moraliste théologien, qui aura la gloire de donner au monde cette Eglise nouvelle qui sera le palladium de la foi impérissable des âmes, ne sera pas un Allemand, mais ce sera encore un Français. Dieu protège la France!!

je me demande de qui il parle.

Actuellement, le travail est répugnant, anarchique, soumis à la concurrence qui le déprécie, en désaccord avec le capital et le talent; la propriété est morcelée, haineuse; égoïste, en butte à toutes sortes de convoitises ; le commerce est mensonger ; la loi est arbitraire ; ce qui fait que les hommes se craignent, se détestent, se trompent, se spolient, se font la guerre, se volent, se tuent: C'est fatal. Mais sortez l'humanité de ce milieu de malheur, organisez le travail en l'associant au capital et au talent, rendez-le attrayant; faites que la propriété, d'exploitatrice, d'égoïste, devienne l'associée de toute production, intéressée au bien- être de tous, rendez le commerce véridique, la loi conforme à la nature humaine ; faites converger, par une organisation intelligente, les forces de tous vers le bien de tous, en un mot, formez l'association intégrale, domestique, agricole, industrielle, et vous aurez sorti la société du cercle vicieux dans lequel elle tourne, parce que vous lui aurez donné d'autres assises, et vous l'aurez acheminée vers les régions de paix et de bonheur, parce que vous lui aurez donné les moyens de les obtenir

Il n'y a plus qu'à

(si je voulais troller je dirais que cela fait quand même fortement penser à Toto le valet de Bismarck, mais ce serait très mal donc je m'en abstiens)

Mais rassure-toi, ô Ville Catholique, ta confusion et ta honte d'aujourd'hui seront ta gloire de demain.

Dans ma personne tu as enfanté un Nouveau Luther, envoyé de Dieu; de Dieu, qui veut, — dans ce siècle de ténèbres et de mensonge où l'homme s'est révolté contre sa parole de vérité et a mis la lumière sous le boisseau, — envoyé de Dieu, qui veut, dis-je, sauver une fois encore, l'Eglise trois fois sainte de Jésus-Christ et l'Evangile, ce code éternel de la liberté des hommes; nouveau Luther, dis-je, envoyé de Dieu pour sauver aussi la civilisation des peuples.

Après Les Mystères de la C.G.T., Toulouse confirme son statut de capitale du nanar littéraire sous la III° République.

Si tel n'est pourtant pas le cas, c'est que, visiblement autodidacte dans la plupart des domaines de son expertise, Vaïsse en ignore les notions les plus rudimentaires ; par exemple il croit que les termes "spéculation" et "investissement" sont interchangeables, de même que "capital" et "bénéfice", et que l'Assemblée Nationale émet des décrets. Il manque aussi un peu de constance, tantôt exigeant la confiscation de la moitié de la fortune des banquiers, tantôt remerciant le seigneur d'avoir "expressément recommandé l'Inviolabilité de la Propriété". De ce fait la justification du propos est pour ainsi dire inexistante, malgré la référence fréquente mais toujours vague à des "faits indiscutables".

Pour remplir les pages, cette justification laisse donc la place aux manifestations changeantes d'une folie dangereuse dont les aspects sont triples. D'abord, une argumentation très passive-aggressive, qui répète environ une fois par page qu'elle en a fini avec les méfaits du catholicisme avant d'y revenir. Ensuite, l'obnubilation par certains acteurs, les jésuites qui complotent dans tous les coins, les banques qui contrôlent les juifs avec l'argent des médias, les députés qui veulent anéantir la France. Enfin, une rumination permanente des idées les plus immédiates, difficile à justifier par une brève citation mais peut-être, à la longue, la plus dérangeant aspect d'un texte qui ressasse, inlassablement, la même pensée parfois une dizaine de fois, dans des formulations à peine différentes.

Aussi je ne crains pas de l'affirmer et de le crier bien haut et bien fort : Le Syllabus, décrété par Pie IX au nom du catholicisme, est un principe de mort en matière d'économie morale. [...] Il résulte de cet état de choses, que j'abrège le plus possible, que le catholicisme romain est l'antipode et la négation du christianisme ; et comme le christianisme est un principe de vie, ainsi que je l'ai démontré par des faits irrécusables, il s'ensuit forcément que le catholicisme n'est rien moins qu'un principe de mort. [...] Je résume ma discussion et je dis que le Syllabus, cette charte inique et insensée, décrété par Pie IX au nom du catholicisme, est un principe de mort en matière d'économie morale. Ce fait irrécusable constitue un véritable élément d'agitation qui tourmente la vieille société européenne

ce n'est pas très clair mais c'est le plus net exemple que j'ai trouvé, sur à peine trois pages.

cette disposition politico-jésuitique ? Je dirai mieux, fanatico-catholique?

l'art des co.

Ne connaissant de la science de Pinel que les meilleures marques d'antidépresseurs à prendre avec du calva, je m'abstiendrai d'une analyse plus approfondie, mais ce discours circulaire et obsessionnel, entrecoupé d'exclamations impromptues et de déclarations grandiloquentes, finit par susciter un vague malaise ; l'impression d'écouter à la porte d'une cellule capitonnée ne s'éloigne jamais durablement.

Le discours s'écoule ainsi jusqu'aux pages 90 et quelques qui révèlent le fin mot de l'histoire. Le vrai motif de la rancœur vaïssienne, c'est que l'année précédent celle du présent ouvrage et ne doutant de rien, notre héros l'avait expédié à l'Assemblée Nationale en 700 exemplaires pour l'édification des députés, leur proposant de consacrer une séance à l'examen de ses idées géniales et notamment de sa doctrine économique qui "donne les moyens d'organiser immédiatement le travail, de provoquer l'abondance, et enfin, de détruire la misère", ce à quoi il avait reçu une réponse négative mais somme toute avec des ménagements louables.

(ce qu'il oublie par ailleurs de dire, c'est qu'il en avait envoyé un autre à l'Assemblée Constituante en 1849, lequel avait visiblement subi un sort semblable). Or l'injustice de ce refus, si poli soit-il, l'a visiblement frappé de façon extrême. Et notre impétueux auteur d'annoncer que le peuple souverain, indigné du mauvais traitement que les ronds-de-cuir lui ont réservé, ne manquera pas de le renverser et de proclamer "la République Universelle de l'Avenir".

En présence du décret que vous avez voté en faveur des jésuites et relatif à la fondation des universités catholiques; en présence du rejet de ma demande et du refus de donner votre attention à ces grandes questions économiques concernant l'agriculture et les finances, rejet établi par l'ordre du jour prononcé par la 32e commission des pétitions de votre Assemblée, je me vois amené à poser devant la conscience publique de notre peuple cette question : La politique de l'Assemblée de Versailles est-elle oui ou non à la hauteur des circonstances difficiles dans lesquelles se trouve placée la société moderne ?

Vaïsse contre les jésuites et les politicards : l'Histoire jugera.

Savez-vous où il n'y a pas de sacerdoce?.... parmi les antropophages (sic), et encore cela n'est pas bien sûr

un argument subtil et mesuré

Qu'on se rassure donc, quelles que soient les machinations de la politique des gouvernements plus ou moins autocrates de l'Europe, la France demeurera toujours ce que Dieu l'a faite, le peuple de la Liberté, de la Justice et du Progrès.

nous voilà rassurés.


Sortez-moi d'ici